Françoise BLANCAN  - Viticultrice - 33490 SAINT MAIXANT(Gironde)

DOMAINE DE GINGEAU

Le vieux cahier

  • Nom du fichier : Le vieux cahier
Télécharger

Dans la maison familiale où je vis depuis plusieurs années, j’ai trouvé  un vieux cahier ayant appartenu à mon arrière-arrière-grand-père.

C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai pu lire le témoignage de cet aiëul. C’est très poignant de pouvoir mettre des images sur cette viticulture de la fin du 19ème siècle, d’en découvrir la dureté, la fragilté et d’admirer le courage des hommes, leurs préoccupations, leur lutte, leur détermination...

Lisez ce témoignage auquel je n’ai rien changé, ni les fautes, ni les erreurs de langage. C’est ce qui fait l’authenticité de ces lignes…

 

"Nous avons u une apparition de maladie sur la vigne que lon la appelée Philoxera.

Cette maladie a commencé en 1876 que nous lavons connue au millieu de la piece de Payre et cettait un pettit incette que lon pouvait a peine le voir et ca donnait des morsures a la racine de la vigne et sa lui fesait pourrir et en même temps sa lui sortait la sève est les vigne se sont mortes et l’on a été obligé de les arraché toutes.

 

Et nous avons commencé a planté du cépage Américain en 1874 et ce cépage était plus resistant et il a fallu le gréfé et lon na pas u de vigne de quelques années parce que lon ne pouvait pas réussir a la premiere fois au grefage, lon commencé a avoir fait des vignes comme ça, lon a u une autre maladie que lon lui donna le nom de milliou cette maladie lui brullait la feuille et sa empechait la murité du raisin tellement que le vin ne valait rien en 1880 , en 1881 cette maladie n’est pas venu que après les vendanges et le vin était très bon mais il ny en avait pas parce que les vignes était gelées dans l’hiver. En 1881 il y a eu un peu de vin mais cette maladie la tellement dérengée que le vin ne valait presque rien.

 

En 1884 lon a découvert un reméde pour combatre cette maladie avec du sulfate de cuivre et la cheaux a une dose très élevée.

 

Est en 1887 lont est arrivé a diminuer la dose a 2K500 est 1K500 de cheaux est lon obtenait de bons résultats. Long est arriver a parvenir de faire des apparails pour l’employé qu’il ne ne leur fallait pas de la bouillie si épaisse car long ne l’aurait pas emploier. 

                                                                    

En 1890 nous avons eu l’apparition d’une nouvelle maladie que lon la nomme le blac roth qui nous pourrit la graine du raisin et pour pouvoir le préserver un peu il a fallu sulfater d’aventage que pour le mildiou. Malgré cela lon a perdu beaucoup de récolte.

 

Nous avons acheté la propriété de Gingeot le 22 octobre 1889 a raison de dix mille francs et nous avons ramassé un peu de vin de plus. En 1889 nous l’avons vendu 350 Francs le tonneau. En 1890 nous l’avons vendu 24 Barriques 400 Francs. En 1891 nous l’avons vendu 40 Barriques 290 Francs le tonneau.Est nous avions 100 barriques. 

  

En 1892 nous avons supporté de fortes gelées. La première le 17 avril qui se trouvait le jour de Paque. La deusèe le 20 qui nous a suivi jusque sur la cote qui nous a enlevé toute la récolte."

 

         ACCUEIL